Rhizome et les réseaux sociaux

Pour faciliter la compréhension des enjeux territoriaux, des mutations de l’Etat, des reconfigurations des collectivités territoriales, de la place de la société civile dans la construction de l’intérêt général, Rhizome est un espace de dialogue, d’échanges et de formation au service des professionnels dans toute leur diversité en quête de ressourcement dans un environnement institutionnel des plus troublés.

Pour les parties prenantes engagées autour des questions relatives à la régulation publique dans les domaines de l’emploi, de la formation et du développement économique sur les territoires, les réseaux sociaux constituent des pépites d’informations bien précieuses pour penser les modalités d’intervention toujours plus aiguisées face aux enjeux toujours plus difficiles à déchiffrer.

Rhizome souhaite contribuer à cette fonction de déchiffrage mais également de contributeur au débat sur la régulation publique au service du bien commun. Ainsi, tous les mois, Rhizom e-social se propose de retracer, ce qui de son point de vue, mérite d’être noté dans ce qui a été produit dans le mois écoulé et mettre également en perspective sa propre réflexion.

Mutations économiques, territorialisation et revue des missions de l’Etat

#Mutationséconomiques

Un budget de l’Etat qui favorise toujours le BOP 102 accès et retour à l’emploi (62 % du budget global) au détriment du 103 sur l’accompagnement des mutations.

Une enveloppe de 126 millions d’euros pour accompagner les mutations… Une convention signée entre l’Etat et la Caisse des Dépôts, le 29 octobre, prévoit une enveloppe de 126 millions d’euros (pris sur le programme d’investissements d’avenir). http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250267963240&cid=1250267962175

Il est toujours regretté le faible investissement public sur les questions relatives aux mutations économiques ; face à la crise, la prévention tertiaire s’impose toujours de plus en plus au détriment d’actions relevant de l’anticipation sur lesquelles l’Etat est fortement attendu face à un tissu socio-économique pris dans les mailles du court terme. Toujours en évitant les effets de balancier à côté des politiques d’accès et retour à l’emploi, comment dynamiser les parcours et les transitions professionnelles ? A côté des actions nécessaires à entreprendre dans les situations de crise, comment mettre de la visibilité sur les enjeux à moyen et long terme auxquels sont confrontés les territoires ?

A regarder : https://www.youtube.com/watch?v=hYp7P4v_eQk

#territorialisation

Valls « la suppression pure et simple (des CG) après 2020 n’est donc tout compte fait peut-être pas la meilleure chose »

Comme quoi, il convient toujours de se méfier de toute velléité de chocs de simplification, nous sommes dans l’ère de la complexité… ce qui rime d’ailleurs avec démocratie, contre-pouvoir. Comment peut-on imaginer que l’unicité de commandement serait nécessairement source d’efficacité et de sureté dans la décision prise ?

#RevuedesmissionsEtat

Le Conseil national des services publics (partenaires sociaux, associations de collectivités…) est constitué, Thierry Mandon a officialisé le programme de travail sur la révision des missions de l’Etat territorial. 23 thèmes ont été définis avec un objectif : fixer fin février 2015 la feuille de route de la modernisation des services de l’Etat pour les trois prochaines années.

Une thématique est retenue autour de l’Etat expert : conserver et développer une connaissance des territoires. Cette thématique centrale est à investir dans le cadre actuel des débats relatifs à la décentralisation. L’Etat doit investir durablement cette mission et investir les questions relatives à l’identification des bons indicateurs pour apprécier la capacité des territoires à résister aux chocs mais également leur volonté de s’inscrire dans un développement économique soucieux de l’intérêt des générations à venir.