Cohésion & performance

Les enjeux du vivre ensemble nécessite de mailler et de confronter deux nécessités sans lesquelles, il n'est possible de faire société : la cohésion, le partage mais également le développement, l'innovation. Les articles qui suivent, au fil de l'actualité, ont pour objet de présenter des pistes à explorer pour faire vivre notre modèle économique et social. Pour en savoir plus

La période de réserve a débuté le 24 mars à zéro heure et se termine le 18 juin à minuit
La « période de réserve électorale » est une tradition républicaine qui ne découle d’aucun texte. Cette période est fixée par le ministère de l’Intérieur pour chaque élection et transmise aux préfets.

Un petit clic

-->  " insertion professionnelle des jeunes "

De plus en plus de réflexions autour de la relance de l'investissement public, poitant ainsi l'échec des politiques budgétaires restrictives. Des jeunes toujours dans des situations précaires, 2 millions sans emploi, sans formation, sans étude NEET). 20% des étudiants sortent sans diplôme. 1 SDF sur 4 est en emploi, 1 personne sur 3 potentiellement bénéficiaire du RSA en fait la demande. 50% des emplois en France sont concentrés au sein des métropoles. Mais aussi nous fêtons les 15 ans des SCIC, 19.5 millions d'euros pour l'année 2017 sont alloués au secteur de IAE, une prime d'Etat pour les vélos électriques, l'expérimentation zero déchet prend un peu plus d'ampleur...

La politique rabaissée au choix d’un homme ou d’une femme à qui l’on remet les clés de l’Elysée doit résolument appartenir à un passé royal, mais certainement plus républicain. Il est urgent de réinvestir le Politique et laisser la politique à la cour des prétendants aux plus hautes fonctions, même si ces dernières sont virtuelles ou fictives.

En cette fin d'année, de nombreux sujets évoqués, de l'évasion fiscale estimée à plus de 1000 milliards d'euros au sein de la zone euro (france 60 à 80 milliards d'euros), des pics de pollution qui obligent les villes à agir en faveur de l'environnement et de la santé publique, des rapports par divers instituts montrant une hausse des inégalités et de la pauvreté en France (ex: 1 personne sur 7 vit avec moins de 60% du revenu médian), les Etats-Unis  de retour aux années 30 : 0,1% des plus riches ont autant de richesses que 90% de la population.
Mais aussi, Paris est sur le point de détrôner Londres concernant la création de starts-up, 2/3 des écoliers aujourd'hui en maternelle exerceront un métier qui n'existera que demain...
Tant de sujet à investir pour les années à venir...

La réflexion autour de cet article fait suite à la sortie d’un dossier provenant de France Stratégie en Septembre 2016, concernant l’évaluation des impacts des Politiques Publiques. Sans rentrer dans les détails techniques de ce « guide à l’usage des décideurs et praticiens », un résumé et une analyse « partielle » sont ici présentés. 

Des instructions relatives à la place et au rôle des Régions et Départements qui suscitent bien des critiques... Les CESER pas toujours associés. La Loi NOTRe toujours en débat ! Les inégalités de rémunération H/F, une tentative de compréhension. Les premiers résultats du plan 500 000. Changement de présidence au COPANEF. Les salariés intéressés par l'entretien professionnel. . La nouvelle carte des EPCI est arrivée. Il y aurait trop de fonctionnaires.

De retour de vacances: les incidences de la loi travail sur le champs de la formation, la lutte contre l'illettrisme, peut-être du télétravail dans la fonction publique, un prélèvement à la source pour les impôts, un tourisme en berne, une croissance qui ne créée pas toujours de l'emploi, une balance commerciale déficitaire et malheureusement Bertrand Schwartz nous a quittés...MaisGoldman Sachs embauche. Modifiant nos préjugés à l'égard de la pauvreté. La démocratie participative se vit au sein du CESE. Mais au fait, les contributions chômage pourquoi faire ?

Les acteurs de l’insertion engagés dans un projet d’économie sociale et solidaire ont investi la question du développement durable comme une suite logique de leur intervention au bénéfice des publics éloignés de l’emploi. Ainsi, la question du développement durable est un sujet qu’ils mènent de concert avec les enjeux relatifs à l’insertion des publics à insérer.

Une fiction pour l'Etat, pour un Etat profane.
Comment dépasser un Etat en quête veine de l'intérêt général, fruit de nos illustions, voire désillusions où l'expert supplante le débat citoyen, les affaires publiques étant bien trop complexes pour le commun des citoyens ?

L'impact de la RTT sur l'emploi, RTT ou revenu de subsistance ? L'état de la syndicalisation en France. L'importance de la couverture conventionnelle. Des inquiétudes des TPE avec le projet de loi travail. Le rapport au travail au sein de l'ESS. Les 7 visages du marché de l'emploi. Comment les compétences s'acquièrent en entreprise ? La dimension relationnelle dans les parcours de soin. Les discriminations à l'embauche, une étude du BIT. La réussite éducative : parent pauvre de la politique de la ville. Comment donner du sens au Compte Personnel d'Activité ? La fonction RH face à l'ubérisation de l'économie. Qui s'intéresse aux territoires zéro chômeur ? La transition écologique dans les quartiers populaires.

Rares sont les époques, où la défiance vis-à-vis des hommes politiques et de leurs décisions, soit disant  prises dans l’intérêt général, aura été aussi importante de la part des citoyens. Les étroites relations de nos politiques avec des dirigeants étrangers peu scrupuleux, de grands industriels aux politiques peu vertueuses, des liaisons dangereuses/douteuses, pour certains jugés coupables judiciairement (abus de bien sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance, exil fiscal, harcèlement sexuel…) provoquent du dégoût et du désamour des citoyens envers « leurs » dirigeants politiques. Les derniers évènements, interdiction de manifester, policiers, CRS « cowboys » en plein abus de droit consument, une fois encore le peu d’espoir restant envers la classe politique. Les derniers taux de participation aux diverses élections sont bien maigres. Pour autant, face à cela des dynamiques citoyennes semblent n’avoir jamais été aussi riches et fertiles. Les nombreuses actions locales, mouvements comme #nuitsdebout, laissent paraître une volonté grandissante de faire de la politique autrement ensemble dans une éthique partagée. (agir local, penser global).

Les mythologies économiques ont la vie dure. La quête des économies en tous genres, la recherche de flexibilité toujours plus importante font oublier les ressorts de la compétitivité hors coût qu'il faudrait mieux investir. Qui tire le chômage par le haut : la complexité du droit du travail ou la fraude fiscale... Penser la transition numérique et énergétique. Imaginer de nouveaux modèles économiques pour des secteurs en souffrance : l'insertion par l'activité économique, l'aide à domicile, le secteur de la formation. Donner plus de place aux TPE dans le dialogue social et dans la représentativité patronale. Qu'il s'agisse du nombre d'adhérents ou de l'effectif salarié... des entreprises du CAC 40 ou plus de TPE à la table des négociations. Un CICE coûteux et au faible retour sur investissement en termes d'emploi. Le CPA : une maigre contrepartie à la flexibilisation croissante et une pente glissante vers la titrisation de la couverture sociale. Des régions qui s'emparent du plan formation 500 000 chômeurs. La ministre qui ne veut pas de régionalisation de Pôle emploi. Une nouvelle politique de contractualisation Etat/Missions Locales à venir.

De modèle en modèle, on nous sert le modèle espagnol, les mythologies vont bon train, les rigidités de l'emploi et le code du travail, les communs et l'économie collaborative : un monde de bisounours ? Faut-il plus taxer les CDD ? Le coût pour les employeurs de la flexisécurité à la mode danoise. L'économie sociale et la quête de sa représentativité. Les potentialités de développement de l'emploi par la transition énergétique. Les inégalités de rémunération homme/femme. Ca coince pour la représentativité patronale.

Le projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ne fait pas l'unanimité, nous sommes loin de l'ambition de sécurité sociale professionnelle et de la loi du 5 mars relative à la formation professionnelle, l'emploi et la démocratie sociale. L'économie sociale et solidaire investit l'économie circulaire et la transition énergétique. La durée de vie en bonne santé et les inégalités sociales. E-santé : des opportunités mais de sérieux doutes. L'inventeur du 3 % de déficit doute de son invention et l'OCDE appelle à la relance de la demande et des dépenses publiques.

Le fonctionnement actuel de notre économie ne brille ni par son efficacité économique, ni par sa capacité à insérer de manière durable des populations de plus en plus marginalisées et fragilisées. Par ailleurs, pris en tenaille dans un effet ciseau redoutable, entre d’une part, une croissance de la population active et d’autre part,  un taux de croissance des plus faibles, l’émergence de politiques d’ambition en matière de transition qu’elle soit numérique, énergétique, voire collaborative ne semble pas partie prenante de l’agenda politique actuel tant préoccupé par des réformes constitutionnelles d’inspiration sécuritaire. Nous sommes ainsi prisonniers d’un débat politique accaparé par le court termisme et l’affichage. Alors que nous fêtons les 70 ans du Plan, l’horizon du long terme, de l’expression d’une ambition ressemble à la célébration d’une page d’histoire jaunie appartenant à l’ère glacière.

Des territoires en prise avec le chômage et des innovations sociales porteuses d'avenir avec notamment le rôle structurant des PTCE. le Plan fête ses 70 ans, qu'en reste-t-il ? Beaucoup de réflexions autour des transitions numériques, énergétiques... les concepts d'économie solidaire, économie de la fonctionnalité font de plus en plus sens. Des compétences toujours plus importantes pour les Régions en matière d'emploi. Le CPA mis au débat. Le CESE, son rôle, ses travaux. Plan formation pour les chômeurs. La dégressivité pour l'indemnisation du chômage... Des comparaisons européennes sur le chômage, la pauvreté. CEP et CPF, on en est où ?

De nombreux rapports ont été publiés sur la dernière période ayant pour objet d’éclairer le débat public autour de questions centrales telles que le travail, l’avenir de l’emploi… Un dernier rapport du CNNUM : « Travail, emploi, numérique. Les nouvelles trajectoires » apporte une toute récente contribution qui mérite une appropriation de la part des acteurs sociaux.
Alors que la situation de l’emploi ne cesse de se dégrader et que les différents travaux de nature prospectiviste ne sont guère encourageants si l’on passe notamment outre les effets de vieillissement de la population active, ne convient-il pas de s’interroger autrement sur les remèdes à apporter au bénéfice d’une inversion de courbe ? Mais l’enjeu sociétal peut-il porter « simplement » sur l’inversion d’une courbe ? Les différents rapports attestent -si toutes choses égales par ailleurs- d’un renforcement de la segmentation du marché du travail, un développement de l’emploi des services à la personnes, aujourd’hui peu qualifiés et d’emplois surqualifiés bien rémunérés, ayant pour corollaire une classe moyenne fortement menacée. Resterons-nous passifs à une évolution de la société retrouvant les chemins de la servitude au bénéfice d’une classe aisée qui seule bénéficiera de fruits de la richesse produite.

Beaucoup de travaux pour penser la transition numérique. Des réflexions relatives à l'ubérisation de l'économie, à l'économie circulaire et à l'économie collaborative. L'impact de la digitalisation de l'économie sur la croissance. L'insertion par l'activité économique se mobilise autour des enjeux de la transition énergétique. L'économie sociale se mobilise pour l'emploi. Le plan fête ses 70 ans. Inégalités toujours bien présentes. La géographie de l'ascension sociale.  La Loi NOTRe et sa mise en place. La loi santé est votée. Des métiers qui recrutent. De l'usage des fonds européens en France. Où l'on reparle du revenu universel. Former 500 000 chômeurs : financement et finalités.

En cette première quinzaine de décembre, fut organisé au centre Pompidou : « les entretiens du nouveau monde industriel » avec pour vocation de réfléchir à la toile que nous voulons pour demain « the Web We Want »
 
De nombreux acteurs ont présenté leur vision du web de demain : acteurs publics, privés, philosophes, écrivains, militants du web (dont Julian Assange)…

La COP 21, la contribution de l'ESS à de nouvelles modalités de développement, économie numérique et économie collaborative, les nouvelles compétences régionales, le chômage au plus mal, l'épargne et la transition énergétique, projet de loi Noé, l'employabilité des jeunes

Une réforme du code du travail, une réforme territoriale dans la phase de mise en oeuvre, crise climatique, politique de l'emploi idéale ? Un programme de travail chargé pour les partenaires sociaux.
Des bars et des barbares.

C’est dans ces moments effroyables, de réveil des plus douloureux, de gueule de bois des petits matins où Paris était une fête que la notion d’Etat envahit l’écran médiatique. On se rappelle alors qu’il y a encore des fonctionnaires qui ont fait le job, que la souveraineté de la République française peut être convoquée... que des moyens doivent être diligentés.
On se met même à vanter les mérites de notre modèle social, sociétal et ce, la larme à l’oeil quand on voit les monuments de villes capitales s’illuminer des couleurs de la République, la Marseillaise jouée au Metropolitan Opera NYC.

Les espaces ruraux regardés sous un jour nouveau. Le CPF avec sa montée en charge. L'impact du CICE. L'ESS s'engage dans la transition énergétique. Les nouvelles formes d'emploi. Un bien être au travail très relatif au sein des collectivités territoriales. Une photographie du marché du travail. Les comparatifs du taux d'emploi dans l'espace européen...

Contact

  • Les vignes 26 400 PIEGROS-LA-CLASTRE
  • Téléphone : 04 75 40 04 05
  • Fax: 01 73 72 96 71
  • Contactez-nous
  • S.A.S. au capital de 25 000 Euros
  • RCS Romans : B 393 446 646
  • SIRET : 393 446 646 000 35
  • Code APE : 7022Z

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

A propos

Rhizome, société d’étude & de conseil a été créée en décembre 1993. Elle est également organisme de formation.