​Face à l’impérialisme du court terme, de la simplification, des économies à réaliser : avatars d’une société en perte de sens, comment revenir sur les fondamentaux d’une régulation publique qu’il convient d’adapter aux enjeux d’une société en perte de repères où la question du bien commun se vide de sa substance ?

Pour faciliter la compréhension des enjeux territoriaux, des mutations de l’Etat, des reconfigurations des collectivités territoriales, de la place de la société civile dans la construction de l’intérêt général, Rhizome est un espace de dialogue, d’échanges et de formation au service des professionnels dans toute leur diversité en quête de ressourcement dans un environnement institutionnel des plus troublés.

Décentralisation, régulation publique, développement des filières.

​Piégros-La-Clastre, octobre 2014, news letter n°1

La régulation publique sur le marché du travail

L’activité de Rhizome sur les réseaux sociaux
Activité riche pour une rentrée sous les augures de la territorialisation, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat. De quoi faire un point sur ces sujets en fin de mois.

​Piégros-La-Clastre, septembre 2014, 
Une rentrée sous les augures du retour de la territorialisation

Pour faciliter la compréhension des enjeux territoriaux, des mutations de l’Etat, des reconfigurations des collectivités territoriales, de la place de la société civile dans la construction de l’intérêt général, Rhizome est un espace de dialogue, d’échanges et de formation au service des professionnels dans toute leur diversité en quête de ressourcement dans un environnement institutionnel des plus troublés.
Pour les parties prenantes engagées autour des questions relatives à la régulation publique dans les domaines de l’emploi, de la formation et du développement économique sur les territoires, les réseaux sociaux constituent des pépites d’informations bien précieuses pour penser les modalités d’intervention toujours plus aiguisées face aux enjeux toujours plus difficiles à déchiffrer. 

​Un numéro spécifique de la collection « Repères » consacré aux Ateliers Santé Ville, outils par excellence de l’articulation des politiques sectorielles –ici la politique santé- et de la politique de la ville -et d’ailleurs, conviendrait-il de rajouter, des politiques conduites par les villes – ne peut qu’interroger en premier lieu d’importants paradoxes :

Nous voici à nouveau épinglés par la CNAM : déjà gourmands de pilules magiques et autres benzodiazépines, les français dépensent décidément trop pour leur santé…Et la reprise économique pourrait ne rien arranger à cette affaire : la frénésie des achats de frigidaires et autres bien de consommation que nous avons connue durant les trente glorieuses pourrait bien se traduire aujourd’hui par une consommation fiévreuse de médecins et autres onguents…

​Depuis 1982, nous assistons à une timide, mais néanmoins progressive montée en charge des préoccupations liées à l’amélioration de la santé, de la sécurité et des conditions de travail dans la Fonction Publique.

Depuis plusieurs années, le champ de l’insertion sociale et professionnelle connaît d’importantes évolutions, induisant une élévation du niveau d’exigence des politiques publiques, mais également de la qualité des modes d’intervention et de coopération des différents acteurs – publics et associatifs –

​Paradoxe des paradoxes, alors que l’on pensait que la dynamique à l’œuvre du gouvernement Fillon était la doxa libérale avec pour corollaire un Etat modeste, l’Etat n’a jamais été aussi fort lors de cette première décennie du XXI° siècle, sans le sou certes, mais omniscient et omniprésent.

​Comment peut-on plaider aujourd’hui pour un Etat bien vivant et bon vivant, un Etat rond, replet… ? Qui peut s’en faire l’avocat, ne s’agit-il pas d’une cause perdue, voire « ringarde » ? Après les nombreuses déferlantes « light » et libérales, l’Etat a subi, ici ou là dans le monde, une cure de « slim fast » qui semblait aller de soi. De bien vivant et bon vivant, on a politiquement considéré que l’Etat était trop gras. Mais à défaut d’avoir rendu l’Etat svelte, celui-ci peut s’enorgueillir de s’être paré d’un ventre particulièrement mou. La mode du maigre, du fade s’imposerait également dans nos choix politiques sur l’Etat. 

​Nous assistons aujourd’hui à l’expression d’une double réflexion sur la modernisation, menée parallèlement et de façon déconnectée, et au sein de l’Etat, et au sein des entreprises…

Depuis des décennies, un concert ininterrompu de lamentations déplore le fonctionnement de l’administration, la multiplication désordonnée des initiatives, une crise générale de l’Etat qui, si l’on en croit René Lenoir, est en train de “disjoncter”.

​Ce numéro spécifique de la collection « Repères » consacré aux Ateliers Santé Ville, outils par excellence de l’articulation des politiques sectorielles (ici la politique santé) et de la politique de la ville (d’ailleurs, conviendrait-il de rajouter, des politiques conduites par les villes) se veut didactique en proposant aux lecteurs des repères éprouvés par les pratiques qui ont su se nouer ici ou là et rendre le projet des Ateliers Santé Ville porteur d’espoirs pour les populations fragilisées.

En 2008, la Direction régionale du travail de l’emploi et de la formation professionnelle de Provence-Alpes-Côte d’Azur et son directeur Gérard Cascino nous ont demandé d’accompagner la mise en oeuvre de la Conférence Permanente de l’Europe Sociale, de l’Economie et de l’Emploi.

guide de l’évaluation interne à télécharger

Les historiens diront-ils que l'année 1995 aura été celle du début de la fin du paritarisme, voire du dialogue social? S'il est d'usage de louer et de regretter la désyndicalisation à la française, il est peu fait état du rôle crucial du paritarisme et du tripartisme dans notre modèle démocratique. Or ces modes de gestion du débat social sont peut-être condamnés, et ce malgré les intentions du législateur, à un enterrement de première classe.Dans le champ de la formation professionnelle, les partenaires sociaux doivent être attentifs au regroupement des organismes de collecte des fonds. Que va-t-il se jouer? Et que leur reste-t-il pour décider de l'avenir de la formation. La pensée stratégique est en faillite dans l'entreprise, mais aussi dans la branche professionnelle, où il est demandé aux partenaires sociaux d'être les économes de la formation.
Tribune du Journal Le Monde

Contact

  • Les vignes 26 400 PIEGROS-LA-CLASTRE
  • Téléphone : 04 75 40 04 05
  • Fax: 01 73 72 96 71
  • Contactez-nous
  • S.A.S. au capital de 25 000 Euros
  • RCS Romans : B 393 446 646
  • SIRET : 393 446 646 000 35
  • Code APE : 7022Z

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

A propos

Rhizome, société d’étude & de conseil a été créée en décembre 1993. Elle est également organisme de formation.